A Attalens, les saveurs du monde s’invitent en cuisine

Aux fourneaux, Valérie Véron devient la magicienne NaNea. Amoureuse des îles, curieuse des saveurs du monde, jongleuse d’épices, cette Attalensoise a créé un service traiteur inédit dans la région.

PAR MARIE-PAULE ANGEL


Elle est toute fine et chaleureuse dans sa cuisine pleine d’armoires frigorifiques, de plans de travail et de pots d’épices. Comment imaginer, dans cette petite femme aux grands yeux noirs soulignés d’un trait bleu océan, un tout grand chef ? Elle sourit: "J’incarne ma cuisine, je la fais avec amour. En hawaïen – l’alphabet ne compte que douze lettres – NaNea signifie énergie, équilibre, enthousiasme. "


Cap sur le monde
Avec Valérie Véron, 44 ans, mariée et maman de deux enfants, on navigue de surprise en surprise, d’île en île, surtout que le sol de sa cuisine est en teck, comme les ponts de bateau. Née à Paris, ingénieure, MBA en poche, elle travaillait, depuis vingt ans, dans de grandes entreprises, comme cheffe de projets. Soudain, barre à tribord. En avant toute! "J’ai pris ma décision le 18 décembre 2008 " , se souvient-elle.
En 2009, elle suit la formation suisse de cafetier restaurateur et obtient sa patente. "Cela m’a permis de professionnaliser ma passion, avec les responsabilités – hygiène, discipline, organisation – et les avantages: liberté, créativité. "
Soucieuse d’équilibre, de vitamines, de bien-être et de légèreté au terme d’un bon repas, elle écoute l’enseignement de Brigitte Favre, une conseillère de santé renommée, spécialiste en nutrition. Sans perdre de vue son cap de Bonne Espérance: les saveurs du monde. Un rêve qui remonte à son enfance: une mère excellente cuisinière, un père qui, pour raisons professionnelles, fait découvrir à sa famille plein de pays, et un parrain, chef pâtissier et chocolatier…


Des saveurs à la carte
Ainsi est né, à Attalens, un service traiteur artisanal unique en son genre dans la région. Depuis sa création, NaNea, le voyage des saveurs remporte d’ailleurs un succès croissant. Valérie Véron intervient dans un rayon qui va de Fribourg au canton de Vaud. Plus loin, sur demande. "J’ai livré un mariage de 50 personnes à Genève, avec ma petite camionnette rouge. Un stress pas possible! Mais j’ai réussi, avec mon mari, à caser tous mes plats dans des boîtes isothermes. Parfois, on m’appelle dans des lieux compliqués d’accès, comme le Musée Giger, à Gruyères! "
Créatrice de ses recettes, l’imagination toujours en éveil, Valérie Véron concocte chez elle ses petits plats, selon les vœux de ses clients. Puis elle les livre à domicile, dans des entreprises ou sur des lieux de fête. Elle peut aussi investir votre cuisine. Elle organise également des events, des ateliers et elle ouvre sa maison – et sa terrasse en été – pour des tables d’hôtes.
"J’ai beaucoup voyagé. Le Canada, la Californie, toute la France, la Martinique, l’Italie, l’Espagne, le Portugal… Les îles sont une passion. Avec une amie japonaise, j’ai redécouvert le gâteau Castella. C’est extraordinaire, car ce gâteau, qui n’existe plus au Portugal, a été amené au Japon, où il est très apprécié, par Magellan au XVIe siècle! Avec des amis iraniens, j’ai découvert la salade safranée, avec du mesclun et des pommes passées à la vapeur durant trois minutes, que je dispose en rosace avec des graines de tournesol finement grillées. C’est juste magnifique! " s’enthousiasme la cuisinière.


Pomme d’api
Tandis qu’elle parle, Valérie Véron prépare des pommes d’amour, à partir d’une recette canadienne transformée pour son menu "trappeur " , jambon de la borne au sirop d’érable, fèves au lard, balade à raquettes à neige entre deux, bref, une histoire…
Il est presque midi. Photographe et journaliste ont les sens à l’envers dans ce tourbillon d’effluves de cannelle, de vanille de Madagascar, de curcuma, de caramel chaud… Après une pomme d’api gobée d’une bouchée, les voil à qui dégustent du melon, de la mangue et du kiwi blanc saupoudrés de petits flocons de poivre rose, avant de goûter de la gelée de coings à l’eucalyptus d’Australie.

EXHAUSSER LES SAVEURS

De la cannelle sur des carottes, du poivre de Tasmanie sur un chapon aux poires et airelles… "J’adore exhausser les saveurs, sans les tuer " , sourit Valérie Véron, dont la carte fait saliver: brochettes de poulet aux pestos, pintxos aux épinards, mousse tchai aux épices et aux fleurs, sushis, bouchées Aladin… Une carte qui se décline en six thèmes: îles, zen, olive, safran piment, gourmandises. Un tour du monde!
"Je n’ai pas eu besoin de faire de la publicité. Le bouche- à -oreille et le Passeport fribourgeois s’en sont chargés " , dit-elle, heureuse de ce succès. Exigeante sur la qualité et la fraîcheur, Valérie Véron tient à travailler avec les artisans locaux, du boucher au producteur de fromages de brebis en passant par le maraîcher.
Et, se souvenant qu’elle a des origines suisses, par son arrière-grand-père maternel, elle ne boude pas son plaisir devant une fondue. Un plat qui n’a pas de secret pour elle. De l’ail, bien sûr, mais aussi une pointe de gingembre, de poivre vert et de cumin s’impose, plus une ou deux patates pour ôter l’acidité du fromage, sans oublier un pain de graines. Une petite salade en entrée, avec une huile de première pression à froid et de l’ananas frais aux épices au dessert permettront de réduire discrètement la quantité de fromage: surprise garantie et tout bénéfice pour la digestion et la ligne! Et les meringues à la crème, alors? "Ah! Je les garde pour un bon goûter, avec un thé ou un cacao onctueux! " MPA

Pour en savoir plus: www.naneatraiteur.com